Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


bâtir & fonder Ninive. C’est Nembrod, c’est Assur, qui en disant, ceci est à moi, fondent les deux premiers Empires, selon les Auteurs profanes mêmes, Troque Pompée, Justin, &c. mais non la premiere ou les premieres sociétés.

De sorte que c’est la société, l’association unanime des hommes, qui a fait Babylone, & toutes les villes primitives, & non Babylone ni aucune autre qui ont fait la société quoi qu’en dise M. R. dont je suis le très-humble, &c.

LETTRE XIII.

Monsieur, je cherche en vous réfutant à vous excuse de toute façon, de mon mieux au moins ; & s’il le faut, j’aime mieux rejetter sur un défaut d’esprit ce que d’autres rejetteroient sur l’excès de votre cœur. La servante de la Fontaine disoit bien de son maître mourant, qu’il étoit plus bête que méchant. Au talent près du gracieux, naïf de la Fontaine, je crois que dans votre naïveté un peu farouche, vous lui ressemblez beaucoup. Si vous étiez méchant vous seriez plus fin & plus adroit à nous répéter, à nous dire au moins que “le premier sentiment qui porta Adam à multiplier son espece fut un sentiment aveugle, dépourvu de tout sentiment du cœur, ne produisant qu’un acte purement animal. Vous ajoutez que le besoin satisfait, les deux sexes ne se reconnoissoient plus, & l’enfant même n’étoit plus rien à sa mere, si -tôt qu’il pouvoit se passer d’elle.” Quelle horreur ! quelle horreur !