Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Qui doute que l’inégalité des conditions ne soit fondée d’abord sur la qualité de pere, de mere, ou d’enfans, ensuite sur celle d’aîné ou de cadet, & puis encore sur la diversité des talens ? Dieu même & Samuel sort prophète sont observer aux Juifs que celui qu’il leur donne pour Roi, surpasse les plus grands du peuple de toute la tête & que c’est d’ailleurs un bon caractere d’homme. Effectivement Saül avoit de quoi faire un bon & un grand Roi. Il le fut même deux ans, tandis qu’il fut soumis aux ordres de Dieu & à la direction du prophète, & qu’il ne porta pas la main à l’encensoir,&c.

Pourquoi donc, si l’inégalité est fondée sur les talens mêmes, inégaux & divers, que Dieu seul donne à ceux qu’il veut rendre inégaux & divers de condition, pourquoi prétendre par une conséquence identique, que l’inégalité est vicieuse & le vice même. Il ne peut jamais y avoir que le mauvais usage ou l’abus de ces talens naturels, qui soit vicieux : & de même la société qui est bonne par elle-même, & d’institution naturelle & divine, ne peut jamais être mauvaise que par les abus. Un fruit est bon, mais si on le laisse trop sur l’arbre ou si on l’en détache trop tôt, il n’y a qu’à dire que c’est l’arbre qui le pourrit ou le gâte, & que sa production & sa maturité fut le premier ou le dernier pas vers sa récolte, & vers sa pourriture & sa corruption par conséquent.

Quand on attaque ainsi tout l’univers, Dieu & les hommes, si faudroit - il se piquer de raisonner plus philosophiquement, avec plus de raison & de justesse. Je suis, Monsieur, votre, &c.