Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


donec revertaris in terram de quâ sumptus es, quia pulvis es, & in pulverem revertêris. Je suis surpris que M. R. ne rende pas la société responsable de notre mort. Si les bêtes ne mouroient pas, il n’y auroit pas manqué.

A Eve même, & sur-tout à Eve Dieu a dit : multiplicabo, aerumnas tuas, & conceptus tuos. In dolore paries filios, & sub viri potestate eris, & ipse dominabitur tuî, &c. Il semble que Dieu a craint qu’on n’attribuât à d’autres qu’à lui la condamnation de l’homme, de la femme & de la société au travail, à la servitude, à la misere, à la douleur, à la mort. Encore est-il vrai que l’homme a droit de s’en prendre à lui-même de sa condamnation, à sa révolte, à son péché. Ce qui n’en justifie pas davantage M. R. qui ne dit mot de Dieu ni du péché, & ne s’en prend qu’à la société qui est un bien, puisque selon Dieu, non est bonum hominem esse solum. Je suis,

Monsieur, votre, &c.

LETTRE XXIII.

Monsieur R. ébranle, sape, nous fait perdre de vue tous les bons principes. Pour le moins est-il ingrat envers la France, qui le nourrit & le fait & le laisse au moins vivre & végéter, écrire même & gâter son papier. Ramenons-le à l’a. b. c. des sentimens. Quelle est donc la misere, la servitude & le travail à quoi la société Françoise réduit M. R. ? Est-ce que la société, la nôtre comme toute autre, ne nous délivré