Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de moi, qui ai fait de l’arithmétique un art fort simple, fort naturel, fort facile.

Terrible esprit de contradiction, que M. R. porte par-tout ! Il ne tient pas à lui, qu’il ne nous rende l’arithmétique & la simple numération, tout ce qu’il y a au monde de plus difficile, sans doute pour nous en rebuter & nous tenir toujours dans notre état originaire de Pongos, hommes-bêtes ; car il est au moins conséquent, ce qui est facile à un homme qui aboye toute vérité.

M. R. est homme d’esprit & habile homme : on l’avoir cru jusqu’ici. Mais il faut que tout ce qu’il a appris, sa langue même lui ait coûté beaucoup de tems, de mémoire ou d’effort d’esprit, ou bien qu’il suppose en effet les plus gens d’esprit bien bêtes, & pis que singes & Pongos. Car à tout, il imagine qu’il a fallu des tems infinis pour y arriver & pour inventer.

Il convient pourtant “qu’il est aisé d’expliquer le sens des nombres, & d’exciter les idées que ces noms représentent : mais pour les inventer, dit-il, il fallut avant que de concevoir ces mêmes idées, s’être pour ainsi dire, familiarisé avec les méditations philosophiques, s’être exercé à considérer les êtres par leur seule essence, abstraction très-pénible, très-métaphysique, très-peu naturelle.”

Si j’égoïse un peu & me cite humblement, & pour me dédommager un peu du vis-à-vis de M. R. c’est qu’effectivement je le trouve toujours en une contradiction spéciale avec moi, avec mes ouvrages & avec toute ma façon de penser. Mon propre plan de tout tems a été d’agrandir les arts & l’esprit humain, selon M. de Voltaire même, de donner de l’esprit