Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/312

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTE Du Journal Encyclopédique du 15 Novembre 1780, sur la Musique du Devin du Village.

“L’identité du nom de M. Rousseau de Geneve avec celui de l’Auteur de ce Journal, a occasionné une méprise dont on va rendre compte, & qui a contribué à élever des doutes sur la musique du Devin du Village. En 1750, M. Pierre Rousseau reçut une lettre qui étoit adressée tout simplement : À M. Rousseau, Auteur, à Paris. M. Jean-Jaques Rousseau n’avoit pas encore cette grande & juste célébrité dont il a joui depuis cette époque ; M. Pierre Rousseau avoir déjà donné des Pieces à trois théâtres, & il étoit chargé d’un ouvrage public : le Facteur crut naturellement qu’elle étoit pour celui-ci, qui en recevoit beau-coup. Cette lettre étoit conçue à-peu-près en ces termes : M. Je vous ai envoyé la musique du Devin du Village, dont vous ne m’avez pas accusé la réception : vous m’avez promis d’autres paroles ; je voudrois bien les avoir, parce que je vais passer quelque tems à la campagne, où je travaillerai, quoique m’a santé soit toujours chancelante. Cette lettre étoit signée Grenet ou Garnier, autant que nous pouvons nous le rappeller. Nous répondîmes tout de suite à ce musicien, que sans doute il s’étoit trompé dans la suscription de sa lettre, & que nous l’en prévenions, afin qu’il s’adressât à la personne qu’il avoit en vue, (Observons