Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/339

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


François n’avoient pas besoin du Contrat-Social, Jean-Jaques a eu le plus grand tort de le faire ? Cela me rappelle le propos d’un officier François, qui dînant un jour (à Stutgard) à la table du Duc de Wirtemberg, qui avoit eu l’égard de n’y admettre que des François, dit finement, il n’y a ici d’étranger Monseigneur.

Rousseau ne peut donc prétendre au titre de philosophe (que M. Geoffroy lui donne pourtant) ; s’il ressemble à Socrate, c’est parce qu’il a été comme lui joué sur le théâtre.

Triomphez M. Palissot : si le pardon que vous obtint Rousseau, vous en laisse le courage.

Quintilien lui refuseroit peut-être une place parmi les orateurs ; l’art de colorer des mensonges paroîtroit méprisable à ce grave législateur.

Et c’est de J. J. Rousseau qu’on ose parler avec une si scandaleuse licence ! De J. J. Rousseau le moins présomptueux des philosophes, & le moins tranchant des auteurs ; qui ne cesse de prémunir ses lecteurs contre la séduction de son style ; qui insiste toujours sur la droiture de ses intentions, & jamais sur la sureté de ses lumieres ; qui dit expressément : “quand mes idées seroient mauvaises, si j’en fais naître de bonnes à d’autres je n’aurai pas tout-à-fait perdu mon tems. Mon sujet étoit tout neuf après le livre de Locke, & je crains fort qu’il ne le soit après le mien......Je ne vois point comme les autres hommes ; il y a long-tems qu’on me l’a reproché. Mais dépend -il de moi, de me donner d’autres yeux, & de m’affecter d’autres idées ? Non. Il dépend de moi de ne point abonder dans mon sens, & de ne point croire être tout