Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/354

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le poison qui surabonde dans leur ame. La société du moins, aussi-tôt qu’elle les connoît, devroit en faire justice, en les écrasant de tout le poids de son mépris. Car à mon avis, qui n’est honnête homme qu’aux termes de la loi, n’a droit qu’au respect du bourreau.

Si je n’étois pas femme, je prendrois pour moi-même, le conseil que j’ai osé vous donner, Monsieur ; je me nommerois. Mais ce seroit me faire trop remarquer, que de me déclarer hautement pour un homme qui, dit-on, outrage mon sexe. Quoique je ne veuille point choquer ce sentiment, je suis bien éloignée de l’adopter ; je pense au contraire qu’il n’y a point d’Auteur qui nous traite aussi favorablement que Jean-Jaques, puisqu’en exigeant de nous une plus grande perfection, il prouve qu’il nous en croit susceptibles ; & je trouve qu’il nous rend exactement justice, en disant de nous beaucoup de bien, & un peu de mal.

Novembre 1766.