Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


je crois que ce n’est pas un autre moment que vous attendez, mais un autre adversaire, de qui on ne puisse pas dire, vaut-il la peine d’être combattu ?

Vous connoissez, sans doute, Monsieur, une lettre qui a paru dans le N̊. 303 des feuilles de Paris : mais je désespere que vous nous en disiez votre sentiment, & je me flatte que vous ne trouverez pas mauvais que je vous entretienne de l’impression qu’elle m’a faite. Cette lettre a causé la plus grande sensation ; quelques personnes en ont été transportées ; s’annoncer comme ami de Rousseau, c’est se concilier le suffrage de tous les gens qui l’aiment ; & chez presque tous ces gens-là, le sentiment prévaut sur la réflexion. Il étoit si bon, si sensible, que tous ceux qui ont l’imagination vive & l’ame tendre, se déclarent nécessairement pour lui. D’autres personnes prétendent que la façon dont M. Olivier de Corancez releve les écarts de M. de la Harpe n’est pas décente ; pour moi, Monsieur, je suis plus attachée à la mémoire de Jean-Jaques que ceux qui préconisent la lettre de M. Olivier de Corancez, & plus indulgente que ceux qui la censurent. Si la persuasion mon insuffisance n’avoit pas réprimé le desir que j’ai eu répondre à M. de la Harpe ; j’aurois bien mieux mérité que M. Olivier de Corancez, les reproches qu’on lui fait. J’aurois dit à l’académicien, que je ne suis pas étonnée que le jugement qu’il prononce sur J. J. Rousseau sois pitoyable ; mais que je le suis beaucoup qu’il ait eu la témérité de le prononcer. En effet, Monsieur, comment la destinée d’Oza ne l’a-t-elle pas fait trembler ? Je lui aurois dit.....Mais laissons là M. de la Harpe, laissons-le voir, sentir, écrire, versifier,