Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/389

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


EXTRAIT du NO. 39 de L’Année Littéraire 1778. LETTRE de Madame D.L.M. à l’Auteur de ces feuilles, au sujet d’un avis imprimé dans le Mercure du 25 Novembre 1778, concernant un Recueil de Musique de Chambre composée par J. J. Rousseau.

La cause de J. J. Rousseau devient la cause commune d’un sexe aimable, qui semble reconnoître les obligations qu’il lui doit, par la chaleur avec laquelle il défend & venge sa mémoire. Vous avez lu dans un de mes derniers Nos. une lettre éloquente de Madame D.R.G. touchant cet illustre Ecrivain : en voici maintenant une autre non moins bien écrite, non moins solidement pensée, de Madame D.L.M. Il est bon que je vous mette sous les yeux l’avis qui a donné lieu à ce morceau intéressant.

“Toutes les productions du célebre Rousseau, publiées pendant sa vie ont toujours été reçues avec une forte d’enthousiasme ; celles qu’on annonce aujourd’hui, obtiendront sans doute un accueil encore favorable. On a vu dans le Devin du Village, & dans le Dictionnaire de Musique à quel degré cet homme extraordinaire possédoit la pratique & la théorie du plus ravissant des beaux-arts ; il est à présumer qu’on trouvera la même source de plaisir dans les nouvelles