Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/507

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Certes, Monsieur, vous ressemblez bien à Don-Quichotte se battant contre des moulins à vent !.... Rousseau n’a jamais dit que pour être grand harmoniste il ne falloit pas apprendre la composition : il a dit au contraire, qu’il falloit l’apprendre en commençant par l’accompagnement ; & cela, par la raison bien simple, qu’il faut connoître les chiffres pour apprendre l’arithmétique.

Il faut que Rousseau ait tort au commencement de la page, ou à la sais.*

[* Note de la page 62 du Tome II de l’Essai sur la Musique.]

Point du tout : la destinée de Rousseau est telle, qu’il faut qu’il ait raison en tout, & avec tout le monde, depuis Voltaire, jusqu’à vous, Monsieur.

Après avoir célébré la générosité d’un de nos plus grands géométres qui n’a pas dédaigné d’éclaircir les principes de Rameau, & qui a toujours eu de la vénération pour son génie, malgré ses écarts qui le sont quelquefois perdre de vue, & même malgré les torts que Rameau a eus plusieurs fois avec lui.

Il faut, Monsieur, que vous aimiez bien M. d’Alembert pour rappeller, à dessein de le faire valoir, les torts d’un homme que vous allez nous donner pour être toujours juste ! Il est vrai que cet homme est mort......

Vous dites, Monsieur, un autre homme qui auroit dû être assez grand, pour lui rendre la même justice, n’en a pas usé avec tant de générosité :

Monsieur, la générosité fait grace ; c’est l’équité qui rend justice.