Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/615

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de Voltaire. Pas si mal-adroit, Madame ; c’est une finesse qui fait infiniment d’honneur à l’esprit de M. D. L. B. Ne voyez-vous pas que présenter Rousseau remerciant Voltaire pour des offres qui ne paroissent pas lui avoir été faites, c’est le placer dans la posture basse & respectueuse d’un gueux*

[*Ce que M. Du Peyrou dit ici, n’est point en contradiction avec ce que j’ai dit plus haut. Les ames basses n’ont pas le sentiment du respect ; non, je le répete : mais elles en affectent les démonstrations toutes les fois que leur intérêt l’exige.

Note de la doucereuse anonyme.] qui pour provoquer la générosité, étale d’avance sa reconnoissance pour les bontés qu’il sollicite ; & que pour qu’on trouvât de la bassesse dans la réponse de Rousseau, il falloit bien que M. D. L. B, y en mît. Car pour moi qui ai lu, & relu cette réponse du 10 Septembre 1755, j’avoue de bonne foi, que je n’y trouve aucune autre preuve de la maniere d’écrire de Rousseau basse & respectueuse. J’y trouve il est vrai des éloges directs,*

[* Oui, Rousseau a donné à Voltaire des éloges directs ; mais ils étoient sinceres, puisqu’il ne les a jamais démentis : car la flatterie foule aux pieds l’objet de ton culte, dès qu’elle n’en espere plus rien. Dans le fragment de la lettre du 17 Juin 1760 que M. Du Peyrou vient de rapporter, où Rousseau dit à Voltaire : je vous hais, enfin, vous l’avez voulu ; ce qui n’est pas je pense le langage de la bassesse, il proteste encore de son admiration pour le beau génie, de son amour pour les écrits, du respect qu’il doit aux talens de Voltaire ; & s’engage à ne jamais manquer aux procédés que ce respect exige. Bien plus généreux que César, ce n’est pas un ennemi abattu qu’il plaint, c’est un ennemi triomphant qu’il loue. Note de l’auteur-femelle.] mais j’y trouve aussi des avis indirects donnés par un connoisseur au plus brillant génie, au plus varié, au plus célébre des Ecrivains de ce siecle, à celui à qui l’Europe entiere accorde le plus d’esprit & de goût. Si c’est là ce que M. D. L. B.