Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t17.djvu/261

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


commencé à sortir. Je vous recommande de ne pas oublier parmi vas provisions, café, sucre, cafetière, briquet & tout l’attirail pour faire, quand on veut, du café dans les bois. Prenez Linnaeus & Sauvages, quelque livre amusant, & quelque jeu pour s’amuser plusieurs, si l’on est arrêté dans une maison par le mauvais temps. Il faut tout prévoir pour prévenir le désœuvrement & l’ennui.

Bon jour, je compte partir demain matin, s’il fait beau, pour aller coucher au Locke,& dîner ou coucher à la Ferrière le lendemain jeudi. Je vous embrasse.

LETTRE AU MÊME.

À la Ferrière le 16 Juin 1765.

Me voici, mon cher hôte, à la Ferrière, où je ne suis arrivé que pour y garder la chambre, avec un rhume affreux, une assez grosse fièvre, & une esquinancie, mal auquel j’étois très-sujet dans ma jeunesse, mais dont j’espérois que l’âge m’auroit exempté. Je me trompois ; cette attaque a été violente ; j’espère qu’elle sera courte. La fièvre est diminuée, ma gorge se dégage, j’avale plus aisément, mais il m’est encore impossible de parler.

Au peu que j’ai vu sur la botanique, je comprends que je repartirai d’ici plus ignorant que je n’y suis arrivé ; plus convaincu du moins de mon ignorance ; puisqu’en vérifiant mes