Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t17.djvu/387

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


jolies, au moins nouvelles pour moi. Entre autres près de Grenoble l’Osyris & le Thérébinthe. Ici le Cenchrus racemosus qui m’a beaucoup surpris, parce que c’est un gramen maritime, l’Hypopitis, plante parasite qui tient de l’orobanche, le Crepis soetida qui lent l’amande amère à pleine gorge, & quelques autres que je ne me rappelle pas en ce moment. Voilà, mon cher hôte, plus de botanique qu’il n’en faut à votre stoïque indifférence. Vous pouvez m’écrire en droiture ici sous le nom de Renou. J’ai grand peur, s’il ne survient quelque amélioration dans mon état & dans affaires, d’être réduit à passer avec ma femme tout l’hiver dans ce cabaret, puisque je ne trouve pas sur la terre une pierre pour y poser ma tête.

LETTRE AU MÊME.

À Bourgoin le 2 Octobre 1768.

Quelle affreuse nouvelle vous m’apprenez, mon cher hôte, & que mon cœur en est affecté ! Je ressens le cruel accident de votre pauvre Maman comme elle, ou plutôt comme vous, & c’est tout dire. Une jambe cassée est un malheur que mon père eut étant déjà vieux, & qui lui arriva de même en se promenant, tandis que dans ses terribles fatigues de chasse, qu’il aimoit à la passion, jamais il n’avoit eu le moindre accident. Sa jambe guérit très-facilement &