Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t2.djvu/465

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRES DE DEUX AMANS, HABITANS D’UNE PETITE VILLE AU PIED DES ALPES.

TROISIEME PARTIE

LETTRE I. DE MADAME D’ORBE.

Que de maux vous causez à ceux qui vous aiment ! Que de pleurs vous avez déjà fait couler dans une famille infortunée dont vous troublez le repos ! Craignez d’ajouter le deuil à nos larmes : craignez que la mort d’une mere affligée ne soit le dernier effet du poison que vous versez dans le cœur de sa fille, & qu’un amour désordonné ne devienne enfin pour vous-même la source d’un remords éternel. L’amitié m’a fait supporter vos erreurs tant qu’une ombre d’espoir pouvoit les nourrir ; mais comment tolérer une vaine constance que l’honneur & la raison condamnent, & qui ne pouvant plus causer que des malheurs & des peines ne mérite que le nom d’obstination ?

Vous savez de quelle maniere le secret de vos feux, dérobé