Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/363

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ancienne amitié, mais plutôt, selon plusieurs, pour faire honneur aux Viennois Il n’y eut rien de changé pour les autres Consulats aux nominations de Néron & de Galba. Deux Sabinus, Cœlius & Flave, resterent désignés pour mai & juin, Arius Antonius & Marius Celsus pour juillet & août ; honneur dont Vitellius même ne les priva pas après sa victoire. Othon mit le comble aux dignités des plus illustres vieillards, en y ajoutant celles d’Augures & de Pontifes, &

consola la jeune noblesse récemment rappellée d’exil en lui rendant le Sacerdoce dont avoient joui ses ancêtres. Il rétablit, dans le Sénat, Cadius Rufus, Pédius Bloesus & Sévinus Promptinus, qui en avoient été chassés sous Claude pour crime de concussion. L’on s’avisa, pour leur pardonner, de changer le mot de rapine en celui de Lése Majesté, mot odieux en ces tems-là & dont l’abus faisoit tort aux meilleures loix.

Il étendit aussi ses graces sur les Villes & les Provinces. Il ajouta de nouvelles familles aux Colonies d’Hispalis & d’Emérta : il donna le droit de bourgeoisie romaine à toute la province de Langres ; à celle de la Bétique les Villes de la Mauritanie ; à celles d’Afrique & de Cappadoce de nouveaux droits trop brillans pour être durables. Tous ces soins & les besoins pressans qui les exigeoient ne lui firent point oublier ses amours & il fit rétablir par décret du Sénat les statues de Poppée. Quelques-uns releverent aussi celles de Néron ; l’on dit même qu’il délibéra s’il ne lui feroit point une oraison funebre pour plaire à la populace. Enfin le peuple & les soldats bien les croyant bien lui faire honneur crierent durant