Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/499

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


EDULE, EDULIS, bon à manger. Ce mot est du nombre de ceux qu’il est à désirer qu’on fasse passer du latin dans la langue universelle de la Botanique.

ENTRE-NOEUDS. Ce sont dans les chaumes des graminées les intervalles qui séparent les nœuds d’ou naissent les feuilles. Il y a quelques gramens, mais en bien petit nombre, dont le chaume nud d’un bout à l’autre est sans nœuds, & par conséquent sans entre-nœuds, tel, par exemple, que l’Aira caerulea.

EPERON. Protubérance en forme de cône droit ou recourbe, faite dans plusieurs sortes de fleurs par le prolongement du nectaire. Tels sont les éperons des Orchis, des Linaires, des Ancolies, des Pieds-d’alouettes, de plusieurs Geranium & de beaucoup d’autres plantes.

EPI. Forme de bouquet dans laquelle les fleurs sont attachées autour d’un axe ou réceptacle commun forme par l’extrémité du chaume ou de la tige unique. Quand les fleurs sont pédiculées, pourvu que tous les pédicules soient simples & attaches immédiatement à l’axe, le bouquet s’appelle toujours épi ; mais dans l’épi rigoureusement pris, les fleurs sont seffiles.

EPIDERME (l’). Est la peau fine extérieure qui enveloppe les couches corticales ; c’est une membrane très fine, transparente, ordinairement sans couleur, clastique & un peu poreuse.

ESPECE. Réunion de plusieurs variétés, ou individus, sous un caractere commun qui les distingue de toutes les autres plantes du même genre.

ETAMINES. Agens masculins de la fécondation ; leur forme est ordinairement celle d’un filet qui supporte une tête appelle anthère, ou sommet. Cette anthère est une espece de capsule