Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/574

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


partent les rayons, tant de la grande que de la petite ombelle, n’eſt pas toujours nud ; il eſt quelquefois entouré de folioles, comme d’une manchette. On donne à ces folioles le nom d’involucre (enveloppe). Quand la grande ombelle à une manchette, on donne à cette manchette le nom de grand involucre : on appelle petits involucres, ceux qui entourent quelquefois les petites ombelles. Cela donne lieu à trois ſections des ombelliferes.

1°. Celles qui ont grand involucre & petits involucres.

2°. Celles qui n’ont que les petits involucres ſeulement.

3°. Celles qui n’ont ni grands ni petits involucres.

Il ſembleroit manquer une quatrieme diviſion de celles qui ont un grand involucre & point de petits ; mais on ne connoît aucun genre qui ſoit conſtamment dans ce cas.

Vos étonnans progrès, chere Couſine, & votre patience m’ont tellement enhardi que, comptant pour rien votre peine, j’ai oſé vous décrire la famille des ombelliferes ſans fixer vos yeux ſur aucun modele, ce qui a rendu néceſſairement votre attention beaucoup plus fatigante. Cependant j’oſe douter, liſant comme vous ſavez faire, qu’après une ou deux lectures de ma Lettre, une ombelliferes en fleurs échappe à votre eſprit en frappant vos yeux, & dans cette ſaiſon vous ne pouvez manquer d’en trouver pluſieurs dans les jardins & dans la campagne.

Elles ont la plupart les fleurs blanches. Telles ſont la Carotte, le Cerfeuil, le Perſil, la Ciguë, l’Angélique, la Berce, la Berle, la Boucage, le Chervis ou Girole, la Percepierre, &c.