Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


s son âme,

Et surtout avec soin cachez-lui votre flamme ; 165 Car vous êtes perdu si vous la laissez voir.


DORANTE.

Hélas ! Tant de lenteur me met au désespoir.


Scène V.

ISABELLE, DORANTE, LISETTE.



ISABELLE.

Ah ! Dorante, bonjour. Quoi ! Tous deux tête à tête !

Eh mais ! vous faisiez donc votre cour à Lisette ?

Elle est vraiment gentille et de bon entretien.


DORANTE.

170 Madame, il me suffit qu'elle vous appartient

Pour rechercher en tout le bonheur de lui plaire.


ISABELLE.

Si c'est là votre objet, rien ne vous reste a faire,

Car Lisette s'attache a tous mes sentiments.


DORANTE.

Ah ! madame…


ISABELLE.

Oh ! surtout, quittons les compliments, 175 Et laissons aux amants ce vulgaire langage.