Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


260 Le juste châtiment de tous leurs artifices.

Tandis qu'ils sont amants, ils dépendent de nous :

Leur tour ne vient que trop sitôt qu'ils sont époux.


LISETTE.

Ce sont bien, il est vrai, les plus francs hypocrites !

Ils vous savent longtemps faire les chattemites : 265 Et puis gare la griffe. Oh ! d'avance auprès d'eux

Prenons notre revanche.

ISABELLE, en soi-même.

Oui, le tour est heureux.

À LISETTE.

Je médite à Dorante une assez bonne pièce

Où nous aurons besoin de toute ton adresse.

Valère en peu de jours doit venir de Paris ?


LISETTE.

270 Il arrive aujourd'hui, Dorante en a l'avis.


ISABELLE.

Tant mieux, à mon projet cela vient à merveilles.


LISETTE.

Or, expliquez-nous donc la ruse sans pareilles.


ISABELLE.

Valère et ma cousine, unis d'un même amour,

Doivent se marier peut-être dès ce jour. 275 Je veux de mon dessein la faire confidente.


LISETTE.

Que ferez-vous, hélas ! de la pauvre Éliante ?