Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


450 C'est ma lettre, coquin, qui t'a ressuscité.

Haut.

Avec toi cependant trop longtemps je m'amuse ;

Il faudra que je rêve à trouver quelque excuse,

Et déjà je devrais être ici de retour.

Adieu, mon cher Carlin.


CARLIN.

Tu t'en vas, mon amour ? 455 Rassure-moi, du moins, sur ta persévérance.


LISETTE.

Eh quoi ! peux-tu douter de toute ma constance ?

À part.

Il croit m'avoir dupée, et rit de mes propos :

Avec tout leur esprit, les hommes sont des sots.


Scène VI.


CARLIN.

À la fin je triomphe, et voici ma conquête. 460 Ce n'est pas tout ; il faut encore un coup de tête :

Car, à Dorante ainsi si je vais la porter,

Il la rend aussitôt sans la décacheter ;

La chose est immanquable : et cependant Valère

Vous lui souffle Isabelle, et, sous mon ministère, 465 Je verrai ses appas, je verrai ses écus