Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



SCENE II.
HéSIODE.
Eglé méprise ma tendresse,
Séduite par les chants de mes heureux rivaux ;
Son cœur en est le prix, & seul dans ces hameaux
Je ignore les secrets de l’art qu’elle couronne ;
Eglé le fait & m’abandonne !
Je vais la perdre sans retour.
A de frivoles chants se peut-il qu’elle donne
Un prix qui n’etoit du qu’au plus parfait amour ?
On entend une symphonie douce.
Quelle douce harmonie ici se fait entendre....
Elle invite au repos....Je ne puis m’en défendre....
Mes yeux appesantis laissent tarir leurs pleurs....
Dans le sein du sommeil je cede à ses douceurs.
SCENE III.
EGLE, HéSIODE endormi
EGLE.
Commencez le bonheur de ce berger fidele
Songes ; en ce séjour Euterpe vous appelle
Accourez à ma voix, parlez à mon amant,