Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Daigne animer mes dons de ta divine flamme :
Nous pouvons du génie exciter les efforts ;
Mais les succès heureux sont dus à tes transports.
SCENE IV.
HESIODE.
Ou suis-je ? Quel réveil ? Quel nouveau feu m’inspire ?
Quel nouveau jour me luit ? Tous mes sens sont surpris !....
Il apprecoit la Lyre.
Mais quel prodige étonne mes esprits ?
Il la touche, elle rend des sons.
Dieux ! quels sons éclatans partent de cette Lyre !
D’un transport inconnu j’éprouve le délire !
Je forme sans effort des chants harmonieux !
O Lyre ! o cher présent des Dieux !
Déjà par ton secours je parle leur langage.
Le plus puissant de tous excite mon courage,
Je reconnois l’amour à des transports si beaux,
Et je vais triompher de mes jaloux rivaux.