Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Je n’ai point fait de l’art une étude servile,
Et ma voix indocile,
Ne s’est jamais unie aux chalumeaux.
Mais dans le succès que j’espere,
J’attends tout du feu qui m’éclaire
Et rien de mes foibles travaux.


Chœur.


Chantez, Berger téméraire ;
Nous allons admirer vos prodiges nouveaux.
HESIODE commence.
Beau feu qui consumez moi ame,
Inspirez à mes chants votre divine ardeur :
Portez dans mon esprit cette brillante flamme,
Dont vous brûlez mon cœur.....
CHŒUR, qui interrompt Hésiode.
Sa Lyre efface nos Musettes.
Ah ! nous sommes vaincus !
Fuyons dans nos retraites.
SCENE VI.
HESIODE, EGLE.
HESIODE.
Belle Eglé.... Mais, o ciel ! quels charmes inconnus !....
Vous êtes immortelle, & j’ai pu m’y méprendre !