Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Voudroient bien avoir sa foi !
Malgré toute leur puissance,
Ils sont moins heureux que moi.
SCENE VI.
COLIN, COLETTE parée.
COLIN à part
Je l’apperçois....Je tremble en m’offrant À sa vue....
....Sauvons-nous....Je la perds si je fuis....
COLETTE À part.
Il me voit....Que je suis émue !
Le cœur me bat....
COLIN.
Je ne sais ou j’en suis.
COLETTE.
Trop près, sans y songer, je me suis approchée.
COLIN.
Je ne puis m’en dédire, il la faut aborder.
A Colette, d’un ton radouci, & d’un air moitié riant, moitié embarrasse.
Ma Colette....êtes-vous fâchée ?
Je suis Colin : daignez me regarder.