Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


J’ai déjà dit que l’intervalle compris depuis le premier 1 jusqu’au premier 7 qui le suit vers la droite, s’appelle à ; que l’intervalle compris depuis le second 1 jusqu’à l’autre 7, s’appelle l’octave B ; l’autre, l’octave C, &c. jusqu’au cinquieme 1, ou commence l’octave E, que je n’ai portée ici que jusqu’au fa. à l’égard des quatre notes qui sont à la gauche du premier ut j’ai dit encore qu’elles appartiennent à l’octave X, à laquelle je donne ainsi une lettre hors de rang, pour exprimer que cette octave n’est pas complete, parce qu’il faudroit pour parvenir jusqu’à l’ut, descendre plus bas que le clavier ne le permet.

Mais si je suis dans un autre ton, comme, par exemple, à la clef de re, alors ce rechange de nom & devient ut, c`est pourquoi l’octave A, comprise depuis la premiere tonique jusqu’à sa septieme note, est d’un degré plus élevée que le octave correspondante du ton précédent, ce qu’il est aise de voit par la table, puisque cet ut du troisieme rang, c’est -à-dire de la clef de re, correspond au re de la clef naturelle d’ut, sur lequel il tombe perpendiculairement, & par la même raison, l’octave X y à plus de notes que la même octave de la clef d’ut, parce que les octaves en s’élevant davantage, s’éloignent de la plus basse note du clavier.

Voilà pourquoi les octaves montent depuis la clef d’ut jusqu’à la clef de mi, & descendent depuis la même clef d’ut jusqu’à celle de sa ; car ce sa qui est la plus basse note du clavier, devient alors fondamentale, & commence, par conséquent, la premiere octave A.

Tout ce qui est donc compris entre les deux premiers