Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/367

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ou après avoir trouve trois points dessus & autant dessous, vous concluez qu’ils se détruisent les uns les autres, & que par conséquent la derniere note fa de la ligne est de la même octave d que la premiere note ut de la même ligne, ce qui est toujours vrai de quelque maniere que les points soient ranges, pourvu qu’il y en ait autant dessus que dessous.

S’ils ne sont pas égaux en nombre, prenez leur différence : comptez depuis la lettre qui est au commencement de la ligne & reculez d’autant de lettres vers l’à, si l’excès est au-dessous ; ou s’il est au-dessus, avancez au contraire d’autant de lettres dans l’Alphabet, que cette différence contient d’unités, & vous aurez exactement la lettre correspondante à la derniere note.

[diss313]

Dans la premiere ligne de cet exemple, qui commence à l’étage c, vous avez deux points au-dessous & quatre au-dessus, par conséquent deux d’excès, pour lesquels il faut ajouter à la lettre c autant de lettres, suivant l’ordre de l’Alphabet, & vous aurez la lettre e correspondante à la derniere note de la même ligne.

Dans la seconde ligne vous avez au contraire un point d’excès au-dessous, c’est-a-dire qu’il faut depuis la lettre e, qui est au commencement de la ligne, reculer d’une lettre