Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/478

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


brunira les murs d’une prison souterraine, calmera la tempête, rendra l’air tranquille & serein, & répandra de l’orchestre une fraîcheur nouvelle sur les bocages. Il ne représentera pas directement ces choses, mais il excitera dans l’ame les mêmes sentimens qu’on éprouve en les voyant.


CHAPITRE XVII

Erreur des musiciens nuisibles à leur art.

VOYEZ comment tout nous ramène sans cesse aux effets moraux dont j’ai parlé, & combien les musiciens qui ne considerent la puissance des sons que par l’action de l’air & l’ébranlement des fibres sont loin de connoître en quoi réside la force de cet art. Plus ils le rapprochent des impressions purement physiques, plus ils l’éloignent de son origine, & plus ils lui ôtent aussi de sa primitive énergie. En quittant l’accent oral & s’attachant aux seules institutions harmoniques, la musique devient plus bruyante à l’oreille & moins douce au cœur. Elle a déjà cessé de parler, bientôt elle ne chantera plus ; & alors avec tous ses accords & toute son harmonie elle ne fera plus aucun effet sur nous.