Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


vaine sans grand sujet de l’être : en un mot, un vrai petit-maître femelle.

Valere.

Voilà comment ces faquins de valets parlent des gens qu’ils ont servis. Il faut voir cependant. Dis-moi ou elle demeure ?

Frontin.

Bon, demeurer ? Est-ce que cela demeure jamais ?

Valere.

Si tu m’inpatiente....Ou loge-t-elle, maraut ?

Frontin.

Ma foi, Monsieur, a ne vous point mentir, vous le savez tout aussi bien que moi.

Valere.

Comment ?

Frontin.

Je vous jure que je ne connois pas mieux que vous l’original de ce portrait.

Valere.

Ce n’est pas toi qui l’as place la ?

Frontin.

Non, la peste m’étouffe.

Valere.

Ces idées que tu m’en as données....

Frontin.

Ne voyez-vous pas que vous me les fournissiez vous-même ?