Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




Valere.

Votre volonté n’est pas moins la regle de mes desirs que celle de mes actions bas. Frontin, quel bon-homme de pere !

Lisimon.

Je suis charme de te trouver si docile, tu en auras le mérite à bon marché ; car, par une lettre que je reÇois à l’instant, Léandre m’apprend qu’il arrive aujourd’hui.

Valere.

He bien, mon pere ?

Lisimon.

He bien, mon fils, par ce moyen rien ne sera dérange.

Valere.

Comment, vous voudriez le marier en arrivant ?

Frontin.

Marier un homme tout botte !

Lisimon.

Non pas cela ; puisque, d’ailleurs, Lucinde & lui ne s’étant jamais vus, il faut bien leur laisser le loisir de faire connoissance : mais il assistera au mariage de sa sœur, & je n’aurai pas la dureté de faire languir un fils aussi complaisant.

Valere.

Monsieur....

Lisimon.

Ne crains rien ; je connois & j’approuve trop ton empressement pour te jouer un aussi mauvais tour.