Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


remplissage, en étouffant le Chant, lui ôte une partie de son expression ; & c’est alors au caractere du Mouvement à lui rendre ce dont le prive la plénitude de son Harmonie. Au reste, plus ce Genre à d’énergie, moins il doit être prodigué. Semblable à ces mets délicats dont l’abondance dégoûte bientôt, autant il charme sobrement ménagé, autant devient-il rebutant quand on le prodigue.

CHRONOMETRE, s. m. Nom générique des Instrumens qui servent à mesurer le Tems. Ce mot est composé de χρονος Tems, & de μξτρον, Mesure.

On dit, en ce sens, que les montres, les horloges sont des Chronometres.

Il y a néanmoins quelques Instrumens qu’on a appellés en particulier Chronometres, & nommément un que M. Sauveur décrit dans ses principes d’Acoustique. C’étoit un Pendule particulier, qu’il destinoit à déterminer exactement les Mouvemens en Musique. L’Affilard, dans ses Principes dédiés aux Dames Religieuses, avoir mis à la tête de tous les Airs des Chiffres qui exprimoient le nombre des vibrations de ce Pendule, pendant la durée de chaque Mesure.

Il y a une trentaine d’années qu’an vit paroître le projet d’un Instrument semblable, sous le nom de Métrometre, qui battoit la Mesure tout seul ; mais il n’a réussi ni dans un tems ni dans l’autre. Plusieurs prétendent, cependant, qu’il seroit fort à souhaiter qu’on eût un tel Instrument pour fixer avec précision le Tems de chaque Mesure dans une Piece de Musique : on conserveroit par ce moyen plus facilement le vrai Mouvement des Airs, sans lequel ils perdent leur caractere,