Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/253

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


résonne pas, il est maintenant reconnu que cette prétendue expérience est une erreur, que la corde grave frémit parce qu’elle se partage, & qu’elle paroît ne pas résonner parce qu’elle ne rend dans ses Parties que l’Unisson de l’aigu, qui ne se distingue pas aisément.

Que M. Rameau nous dise donc qu’il prend la Quinte en dessous, parce qu’il trouvé la Quinte en dessus, & que ce jeu des Quintes lui paroît commode pour établir son Systême ; on pourra le féliciter d’une ingénieuse invention : mais qu’il ne l’autorise point d’ une expérience chimérique, qu’il ne se tourmente point à chercher dans les renversemens des proportions harmonique & arithmétique les fondemens de l’Harmonie, ni à prendre les propriétés des nombres pour celles des Sons.

Remarquez encore que si la contre-génération qu’il suppose pouvoit avoir lieu, l’ Accord de la sous-Dominante fa ne devroit point porter une Tierce majeure, mais mineure, parce que le la Bémol est l’Harmonique véritable qui lui

1 1/3 1/5 b est assigné par ce renversement ut fa la. De forte qu’à ce compte la Gamme du Mode majeur devroit avoir naturellement la Sixte mineure ; mais elle l’a majeure, comme quatrieme Quinte, ou comme Quinte de la seconde Note : ainsi voilà encore une contradiction.

Enfin, remarquez que la quatrieme Note donnée par la série des aliquotes, d’ou naît le vrai Diatonique naturel, n’est point l’Octave de la prétendue sous-Dominante dans le rapport de 4 à 3, mais une autre quatrieme Note toute différente dans