Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


doit faire liaison dans l’Accord suivant. L’Intervalle que doit former la Basse-fondamentale en quittant l’Accord, doit donc être déterminé sur ces deux conditions ; 1, que l’Octave du Son fondamental précédent puisse rester en place après l’Accord de Septieme, la Quinte après l’Accord de Sixte-ajoutée ; 2º. que le Son sur lequel se résout la Dissonance soit un des Harmoniques de celui auquel passe la Basse fondamentale. Or le meilleur mouvement de la Basse étant par Intervalles de Quinte, si elle descend de Quinte dans le premier cas, ou qu’elle monte de Quinze dans le second, toutes les conditions seront parfaitement remplies, comme il est évident, par la seule inspection de l’ exemple, Pl. A. Fig. 9.

De-là on tire un moyen de connoître à quelle corde du Ton chacun de ces deux Accords convient le mieux. Quelles sont dans chaque Ton les deux cordes les plus essentielles ? C’est la Tonique de la Dominante. Comment la Basse peut-elle marcher en descendant de Quinte sur deux cordes essentielles du Ton ? C’est en passant de la Dominante à la Tonique : donc la Dominante est la corde à laquelle convient le mieux l’Accord de Septieme. Comment la Basse en montant de Quinte peur-elle marcher sur deux corde essentielles du Ton ? C’est en passant de la Tonique à la Dominante : donc la Tonique est la corde à laquelle convient l’ Accord de Sixte-ajoutée. Voilà pourquoi, dans l’exemple, j’ai donne un Dièse au fa de l’Accord qui suit celui-là : car le re étant Dominante-Tonique doit porter la Tierce majeure. La Basse peut avoir d’autres marches ; mais