Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Pour continuer un roulement, il faut s’accoutumer à passer le pouce par-dessous tel doigt que ce soit, & à passer tel quatre doigt par-dessous le pouce. Cette maniere est excellente, sur-tout quand il se rencontre des Dièse ou des Bémols ; alors faites en sorte que le pouce se trouvé sur la touche qui précede le Dièse ou le Bémol, ou placez-le immédiatement après : par ce moyen vous vous procurerez autant de doigts de suite que vous aurez de Notes à faire.

Evitez, autant qu’il se pourra, de toucher du pouce ou du cinquieme doigt une touche blanche, sur-tout dans les roulemens de vitesse. Souvent on exécute un même roulement avec les deux mains dont les doigts se succedent pour lors consécutivement. Dans ces roulemens les mains passent l’une sur l’autre ; mais il faut observer que le Son de la premiere touche sur laquelle passe une des mains soit aux lié au Son précédent, que s’ils étoient touchés de la même main.

Dans le genre de Musique harmonieux & lié, il est bon de s’accoutumer à s’ accoutumer à substituer un doigt à la place d’un autre sans relever la touche ; cette maniere donne des facilités pour l’exécution & prolonge la durée des Sons.

Pour l’Accompagnement, le Doigter de la main gauche est le même que pour les Pieces, parce qu’il toujours que cette main joue les Basses qu’on doit accompagner ; ainsi les regles M. de Duplhi y servent également pour cette partie, excepté dans les occasions ou l’ on veut augmenter le bruit au moyen de l’Octave qu’on embrasse du pouce & du petit doigt : car alors au lieu de Doigter, la min entiere se transporte