Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/297

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ECHO, s. m. Son renvoyé ou réfléchi par un corps solide, qui par-là se répete & se renouvelle à l’oreille. Ce mot vient du Grec ηχος Son.

On appelle aussi Echo le lieu où la répétition se fait entende.

On distingue les Echo pris en ce sens, en deux especes ; savoir :

1. L’Echo simple qui ne répete la voix qu’une fois, &

2. l’Echo double ou multiple qui répete les mêmes Sons deux ou plusieurs fois.

Dans les Echos simples il y en a de Toniques ; c’est-à-dire, qui ne répetent que le Son musical & soutenu ; & d’autres Syllabiques, qui répetent aussi la voix parlante.

On peut tirer parti des Echos multiples, pour former des Accords & de l’Harmonie avec une seule Voix, en faisant entre la Voix & l’Echo une espece de Canon dont la Mesure doit être réglée sur le tems qui s’écoule entre les Sons prononcés & les mêmes Sons répétés. Cette maniere de faire un Concert à soi tout seul, devroit, si le Chanteur étoit habile, & l’Echo vigoureux, paroître étonnante & presque magique aux Auditeurs non prévenus.

Le nom d’Echo se transporte en Musique à ces sortes d’Airs ou de Pieces dans lesquelles, à l’imitation de l’Echo, l’on répete de tems en tems, & fort doux, un certain nombre de Notes. C’est sur l’Orgue qu’on emploie le plus communément cette maniere de jouer, à cause de la facilité qu’on a de faire des Echos sur le Positif ; on peut faire aussi des Echos sur le Clavecin, au moyen du petit Clavier.