Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/334

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


FAUSSET, s. m. C’est cette espece de voix par laquelle un homme, sortant à l’ aigu du Diapason de sa voix naturelle, imite celle de la femme. Un homme fait, à-peu-prés, quand il chante le Fausset, ce que fait un tuyau d’Orgue quand il octavie. (Voyez OCTAVIER.)

Si ce mot vient du François faux opposé à juste, il faut écrire comme je fais ici, en suivant l’ orthographe de l’Encyclopédie : mais s’il vient, comme je le crois, du Latin faux, faucis, la gorge, il faloit., au lieu des deux s s qu’on a substituées, laisser le c que j’y avois mis : Faucet.

FAUX, adj. & adv. Ce mot est opposé à juste. On chante Faux quand on n’entonne pas les Intervalles dans leur justesse, qu’on forme des Sons trop hauts ou trop bas.

Il y a des voix fausses, des Cordes fausses, des Instrumens faux. Quant aux voix, on prétend que le défaut est dans l’oreille &non dans la glotte. Cependant j’ai vu des gens qui chantoient très-Faux & qui accordoient un Instrument très-juste. La fausseté de leur voix n’ avoir donc pas sa cause dans leur oreille. Pour les Instrumens, quand les Tons en sont Faux, c’ est que l’Instrument est mal construit, que les tuyaux en sont mal proportionnés, ou les Cordes fausses, ou qu’elles ne sont pas d’accord ; que celui qui en joue touche Faux, ou qu’il modifie mal le vent ou les levres.

FAUX-ACCORD. Accord discordant, soit parce qu’il contient des Dissonances proprement dites, soit parce que les Consonnances n’en sont pas justes. (Voyez ACCORD FAUX)

FAUX-BOURDON, s. m. Musique à plusieurs Parties,