Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


FIN, s. f. Ce mot se place quelquefois sur la Finale de la premiere partie d’un Rondeau, pour marquer qu’ayant repris cette premiere partie, c’est sur cette Finale qu’on doit s’arrêter & finir.(Voyez RONDEAU.)

Un n’emploie plus gueres ce mot à cet usage, les François lui ayant substitué le Point-Final à l’exemple des Italiens. (Voyez POINT-FINAL.)

FINALE, s. f. Principale corde du Mode qu’on appelle aussi Tonique, & sur laquelle l’ Air ou la Piece doit finir. (Voyez MODE.)

Quand on compose à plusieurs Parties, & sur-tout des Chœurs, il faut toujours que la Basse tombe en finissant sur la Note même de la Finale. Les autres Parties peuvent s’arrêter sur sa Tierce ou sur sa Quinte. Autrefois c’étoit une regle de donner toujours, à la fin d’une Piece, la Tierce majeure à la Finale, même en Mode mineur ; mais cet usage a été trouvé de mauvais goût & tout-à-fait abandonné.

FIXE, adj. Cordes ou Sons Fixes ou stables. (Voyez SON, STABLE.)

FLATTE, s. m. Agrément du Chant François, difficile à définir ; mais dont on comprendra suffisamment l’effet par un exemple. (Voyez Pl. B. Fig. 13. au mot FLATTE)

FLEURTIS, s. m. Sorte de Contre-point figuré, lequel n’est point syllabique ou Note sur Note. C’est aussi l’assemblage des divers agrémens dont on orne un Chant trop simple. Ce mot a vieilli en tout sens. (Voyez BRODERIES, DOUBLES, VARIATIONS, PASSAGES.)

FOIBLE, adj. Tems foible. (Voyez TEMS.)