Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/391

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


calcula le premier. Guidé par l’expérience, il ne fit que prendre note de ses observations. Aristoxène, incommodé de tous ces calculs, bâtit dans sa tête un systême tout différent ; & comme s’il eût pu changer la Nature à son gré, pour avoir simplifié les mots, il crut avoir simplifié les choses, au lieu qu’il fit réellement le contraire.

Comme les rapports des Consonnances étoient simples & faciles à exprimer, ces deux Philosophes étoient d’accord là-dessus : ils l’étoient même sur les premieres Dissonances ; car ils convenoient également que le Ton étoit la différence de la Quarte à la Quinte ; mais comment déterminer déjà cette différence autrement que parle calcul ? Aristoxène partoit pourtant de-là pour n’en point vouloir, & sur ce Ton, dont il se vantoit d’ignorer le rapport, il bâtissoit toute sa doctrine musicale. Qu’y avoit-il de plus aisé que de lui montrer la fausseté de ses opérations & la justesse de celles de Pythagore ? Mais, auroit-il dit, je prends toujours des doubles, ou des moitiés, ou des tiers ; cela est plus simple & plutôt fait que vos Comma, vos Limma, vos Apotomes. Je l’avoue, eût répondu Pythagore ; mais, dites-moi, je vous prie, comment vous les prenez, ces doubles, ces moitiés, ces tiers ? L’autre eût répliqué qu’il les entonnoit naturellement, ou qu’il les prenoit sur son Monocorde. Eh bien ! eût dit Pythagore, entonnez-moi juste le quart d’un Ton. Si l’autre eût été assez charlatan pour le faire, Pythagore eût ajouté : mais est-il bien divisé votre Monocorde ? Montrez-moi, je vous prie, de : quelle méthode vous vous êtes servi pour y prendre le quart ou le tiers d’un Ton ? Je ne saurois voir, en pareil cas, ce