Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/414

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


une autre par un Trill, on appuie avec forcé le Son de la premiere Note sur la seconde, tombant ensuite sur cette seconde Note par un seul coup de gosier ; on appelle cela faire un Martellement.(Voyez Pl. B. Fil. 13.)

MAXIME, adj. On appelle Intervalle Maxime celui qui est plus grand que le Majeur de la même espece & qui ne peut se noter : car s’il pouvoit se noter ne s’appelleroit pas Maxime, mais superflu.

Le semi-Ton Maxime fait la différence du semi-Ton mineur au Ton majeur, & son rapport est de 25 à 27. Il y auroit entre l’ut Dièse & le re un semi-Ton de cette espece, si tous les semi-Tons n’étoient pas rendus égaux ou supposés tels par le Tempérament.

Le Dièse Maxime est la différence du Ton mineur au semi-Ton Maxime, en rapport de 143 à 250.

Enfin le Comma Maxime ou Comma de Pythagore, est la quantité dont différent entr’eux les deux termes les plus voisins d’une progression par Quintes, & d’une progression par Octaves ; c’est-à-dire l’excès de la douzieme Quinte si Dièse sur la septieme Octave ut ; & cet excès, dans le rapport de 524288 à 531441, est la différence que le Tempérament fait évanouir.

MAXIME, s. f. C’est une Note faite en quarré-long horisontal avec une queue au côté droit, de cette maniere music, laquelle vaut huit Mesures à deux Tems ; c’est-à-dire, deux longues, & quelquefois trois, selon le Mode. (Voyez MODE.) Cette forte de Note n’est plus d’usage depuis qu’on sépare les Mesures par des barres, & qu’on marque avec des liaisons