Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/418

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


d’Accompagnement à un Chœur ou à un autre Air ; ce qui est comme si on s’avisoit de réciter deux discours à la fois, pour donner plus de forcé à leur éloquence. (Voyez UNITÉ DE MELODIE.)

MÉLODIEUX, adj. Qui donne de la Mélodie. Mélodieux, dans l’usage, se dit des Sons agréables, des Voix sonores, des Chants doux & gracieux, &c.

MELOPEE, s. f. C’étoit, dans l’ancienne Musique, l’usage régulier de toutes les Parties harmoniques ; c’est-à-dire, l’Art ou les regles de la composition du Chant, desquelles la pratique & l’effet s’appelloit Mélodie.

Les Anciens avoient diverses regles pour la maniere de conduire le Chant par Degrés conjoints, disjoints ou mêlés, en montant ou en descendant. On en trouvé plusieurs dans Aristoxène, lesquelles dépendent toutes de ce principe ; que, dans tout systême harmonique, le troisieme ou le quatrieme Son après le fondamental en doit toujours frapper la Quarte on la Quinte, selon que les Tétracordes sont conjoints ou disjoints ; différence qui rend un Mode authentique ou plagal, au gré du Compositeur. C’est le recueil de toutes ces regles qui s’appelle Mélopée.

La Mélopée est composée de trois Parties ; savoir, la Prise, Lepsis, qui enseigne au Musicien en quel lieu de la Voix il doit établir son Diapason ; le Mélange, Mixis, selon lequel il entrelace ou mêle à propos les Genres & les Modes ; & l’Usage, Chresés, qui se subdivise en trois autres Parties. La premiere appellée Euthia, guide la marche du Chant, laquelle est, ou directe du grave à l’aigu ; ou