Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/425

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le Mode on déterminoit le rapport de la Maxime à la Longue, ou de la Longue à la Breve ; par le Tems, celui de la Longue à la Breve, ou de la Breve à la semi-Breve ; & par la Prolation, celui de la Breve à la semi-Breve, ou de la semi-Breve à la Minime. (Voyez MODE, PROLATION, TEMS.) En général, toutes ces différentes modifications se peuvent rapporter à la Mesure double ou à la Mesure triple ; c’est-à-dire, à la division de chaque valeur entiere en deux ou en trois Tems égaux.

Cette maniere d’exprimer le Tems ou la Mesure des changea entiérement durant le cours du dernier siecle. Dés qu’on eût pris l’habitude de renfermer chaque Mesure entre deux barres, il falut nécessairement proscrire toutes les especes de Notes qui renfermoient plusieurs Mesures. La Mesure en devint plus claire, les Partitions mieux ordonnées, & l’exécution plus facile ; ce qui étoit fort nécessaire pour compenser les difficultés que la Musique acquéroit en devenant chaque jour plus composée. J’ai vu d’excellens Musiciens fort embarrassés d’exécuter bien en Mesure des Trio d’Orlande & de Claudin, Compositeurs du tems de Henri III.

Jusques-là la raison triple avoit passé la plus parfaite : mais la double prit enfin l’ascendant, & le C, ou la Mesure à quarte Tems, fut prise pour la base de toutes les autres. Or, le Mesure à quatre Tems se résout toujours en Mesure à deux Tems ; ainsi c’est proprement à la Mesure double qu’on fait rapporter toutes les autres, du moins quant aux valeurs des Notes & aux signes des Mesures.