Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/456

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de la Modulation, des entrelacemens, des textures harmoniques ; & sur ces idées, que l’on pressent l’exécution, l’on jugé si l’Auteur a bien suivi ses Motifs, ou s’il a pris le change, comme il arrive souvent à ceux qui procedent Note après Note, & qui manquent de savoir ou d’invention. C’est dans cette acception qu’on dit Motif de Fugue, Motif de Cadence, Motif du changement de Mode, &c.

MOTTET, s. m. Ce mot signifioit anciennement une composition fort recherchée, enrichie de toutes les beautés de l’Art ; & cela sur une période fort courte. d’où lui vient, selon quelques-uns, le nom de Mottet, comme si ce n’étoit qu’un mot.

Aujourd’hui l’on donne le nom de Mottet à toute Piece de Musique faite sur des paroles Latines à l’usage de l’Eglise Romaine, comme Pseaumes, Hymnes, Antiennes, Répons, &c. Et tout cela s’appelle, en général, Musique Latine.

Les François réussissent mieux dans ce genre de Musique que dans la Françoise, la langue étant moins défavorable ; mais ils y recherchent trop de travail, & comme le leur a reproché l’Abbé du Bos, ils jouent trop sur le mot. En général, la Musique Latine n’a pas assez de gravité pour l’usage auquel elle est destinée. On n’y doit point rechercher l’imitation comme dans la Musique théâtrale : les Chants sacrés ne doivent point représenter le tumulte des passions humaines, mais seulement la Majesté de celui à qui ils s’adressent,& l’égalité d’ame de ceux qui les prononcent. Quoi