Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/550

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


épée qu’ il gardoit dans cette Danse, & c’est par allusion à la vanité de cette attitude qu’on a fait le verbe réciproque se pavaner.

PAUSE, s. f. Intervalle de tems qui, dans l’exécution, doit se passer en silence par la Partie où la Pause est marquée. (Voyez TACET, SILENCE.)

Le nom de Pause peut s’appliquer à des Silences de différentes durées ; mais communément il s’entend d’une Mesure pleine. Cette Pause se marqué par un demi-Bâton qui, partant d’une des lignes intérieures de la Portée, descend jusqu’à la moitié de l’espace compris entre cette ligne & la ligne qui est immédiatement au-dessous. Quand on a plusieurs Pauses à marquer, alors on doit se servir des figures dont j’ai parlé au mot Bâton & qu’on trouvé marquées Pl. D. Fig. 9.

À l’égard de la demi-Pause, qui vaut une Blanche, ou la moitié d’une Mesure à quatre Tems, elle se marque comme la Pause entiere., avec cette différence que la Pause tient à une ligne par le haut, & que la demi-Pause y tient par le bas. Voyez, dans la même Figure 9, la distinction de l’une & de l’autre.

Il faut remarquer que la Pause vaut toujours une Mesure juste, dans quelque espece de Mesure qu’on soit ; au lieu que la demi-Pause a une valeur fixe & invariable : de sorte que, dans toute Mesure qui vaut plus ou moins d’une Ronde ou de deux Blanches, on ne doit point se servir de la demi-Pause pour marquer une demi-Mesure, mais des autres Silences qui en expriment la juste valeur.