Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/557

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


diatoniquement, ou rebattues sur le même Degré sur chacune desquelles on met un Point, quelquefois un peut alongé pour indiquer qu’elles doivent être marquées égales par des coups de langue ou d’Archet secs & détachés, sans retirer ou repousser l’Archet, mais en le faisant passer en frappant & sautant sur la corde autant de sois qu’il y a de Notes, dans le même sens qu’on a commencé.

PIZZICATO. Ce mot écrit dans les Musiques Italiennes avertit qu’il faut Pincer. (Voyez PINCER.)

PLAGAL, adj. Ton ou Mode Plagal. Quand l’Octave se trouvé divisée arithmétiquement, suivant le langage ordinaire ; c’est-à-dire, quand la Quarte est au grave & la Quinte à l’aigu, on dit que le Ton est Plagal, pour le distinguer de l’authentique où la Quinte est au grave & la Quarte à l’aigu.

Supposons l’Octave À a divisée en deux parties par la Dominante E. Si vous modulez entre les deux la, dans l’espace d’une Octave, & que vous sassez votre Finale sur l’un ce ces la, votre Mode est Authentique. Mais si, modulant de même entre ces deux la, vous faites votre Finale sur la Dominante mi, qui est intermédiaire, ou que, modulant de la Dominante à son Octave, vous fassiez la Finale sur la. Tonique intermédiaire, dans ces deux cas le Mode est Plagal.

Voilà toute la différence, par laquelle on voit que tous les Tons sont réellement Authentiques, & que la distinction n’est que dans le Diapason du Chant & dans le choix de la Note sur laquelle on s’arrête, qui est toujours la Tonique dans l’Authentique, & le plus souvent la Dominante dans le Plagal.