Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/577

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sous-double l’a emporté sur la sous-ternaire ; & il faut avoir recours à des exceptions & à des signes particuliers, pour exprimer le partage d’une Note quelconque en trois autres Notes égales. (Voyez VALEUR DES NOTES.)

On lit dans le Dictionnaire de l’Académie que Prolation signifie Roulement. Je n’ai point lu ailleurs ai oui dire que ce mot ait jamais eu ce sens-là.

PROLOGUE, s. m. Sorte de petit Opera qui précede le grand, l’annonce & lui sert d’introduction. Comme le sujet des Prologues est ordinairement é1evé, merveilleux, ampoulé, magnifique & plein de louanges, la Musique en doit être brillante, harmonieuse, & plus imposante que tendre & pathétique. On ne doit point épuiser sur le Prologue les grands mouvemens qu’on veut exciter dans la Piece, & il faut que le Musicien, sans être maussade & plat dans le début, sache pourtant s’y ménager de maniere à se montrer encore intéressant & neuf dans le corps de l’ouvrage. Cette gradation n’est ni sentie, ni rendue par la plupart des Compositeurs ; mais elle est pourtant nécessaire, quoique difficile. Le mieux seroit de n’en avoir pas besoin, & de supprimer tout-à-fait les Prologues qui ne sont gueres qu’ennuyer & impatienter les Spectateurs, ou nuire a l’intérêt de la Piece, en usant d’avance les moyens de plaire & d’intéresser. Aussi les Opéra François sont-ils les seuls où l’on ait conservé des Prologues ; encore ne les y souffre-t-on que parce qu’on n’ose murmurer contre les fadeurs dont ils sont pleins.

PROPORTION, s. F. Egalité entre deux rapports. Il y a quatre sortes de Proportion ; savoir, la Proportion Arithmétique,