Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/588

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Queue. La tête est le corps même de la Note ; la Queue est ce trait perpendiculaire qui tient à la tête & qui monte ou descend indifféremment à travers la Portée. Dans le Plain-Chant la plupart des Notes n’ont pas de Queue ; mais dans la Musique il n’y a que la Ronde qui n’en ait point. Autre-fois la Breve ou Quarrée n’en avoit pas non plus ; mais le différentes positions de la Queue servoient à distinguer le valeurs des autres Notes, & sur-tour de la Plique. (Voyez PLIQUE.)

Aujourd’hui la Queue ajoutée aux prolonge leur durée ; elle l’abrege, au contraire, dans la Musique, puisqu’une Blanche ne vaut que la moitié d’une Ronde.

QUINQUE, s. m. Nom qu’on donne aux morceaux de Musique vocale ou instrumentale qui sont à cinq Parties récitantes. Puisqu’il n’y a pas de vrai Quatuor, à plus forte raison n’y a-t-il pas de véritable Quinque. L’un & l’autre de ces mots, quoique passés de la Langue Latine dans la Françoise, se prononce comme en Latin.

QUINTE, s. f. La seconde des Consonnances dans l’ordre de leur génération. La Quinte est une Consonnance parfaite ; (Voyez CONSONNANCE) son rapport est de 2 à 3. Elle est composée de quatre Degrés diatoniques, arrivant au cinquieme Son, d’où lui vient le nom de Quinte. Son Intervalle est de trois Tons & demi ; savoir, deux Tons majeurs, un Ton mineur, & un semi-Ton majeur.

La Quinte peut s’altérer de deux manieres ; savoir, en diminuant son Intervalle d’un semi-Ton, & alors elle