Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/603

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


RÉDUCTION, s. f. Suite de Notes descendant diatoniquement. Ce terme, non plus que son opposé, Déduction, n’est gueres en usage que dans le Plain-Chant.

REFRAIN. Terminaison & tous les Couplets d’une Chanson par les mêmes paroles & par le même Chant, qui se dit ordinairement deux fois.

REGLE DE L’OCTAVE. Formule harmonique publiée la premiere fois par le sieur Delaire en 1700, laquelle détermine, sur la marche diatonique de la Basse, l’Accord convenable à chaque degré du Ton, tant en Mode majeur qu’en Mode mineur, & tant en montant qu’en descendant.

On trouvé, Pl. L. Fig. 6, cette formule chiffrée sur l’Octave du Mode majeur, & Fig. 7, sur l’Octave du Mode mineur.

Pourvu que le Ton soit bien déterminé, on ne se trompera pas en accompagnant sur cette Regle, tant que l’Auteur sera resté dans l’Harmonie simple & naturelle que comporte le Mode. S’il sort de cette simplicité par des Accords par supposition ou d’autres licences, c’est à lui d’en avertir par des Chiffres convenables ; ce qu’il doit faire aussi à chaque changement de Ton : mais tout ce qui n’est point chiffré doit s’accompagner selon la Regle de l’Octave, & cette Regle doit s’étudier sur la Basse-fondamentale pour en bien comprendre le sens.

Il est cependant fâcheux qu’une formule destinée à la pratique des Regles élémentaires de l’Harmonie, contienne une faute contre ces mêmes Regles ; c’est apprendre de bonne heure aux commençans à transgresser les loix qu’on leur