Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/613

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


que la Reprise du joli Menuet de Dardanus ne vaut rien du tout. Enfin Reprise est encore chacune des Parties d’un Rondeau qui souvent en a trois, & quelquefois davantage, dont on ne répete que la premiere.

Dans la Note on appelle Reprise un figue qui marque que l’on doit répéter la Partie de l’Air qui le précede ; ce qui évite la peine de la noter deux fois. En ce sens on distingue deux Reprises, la grande & la petite. La grande Reprise se figure à l’Italienne par une double barre perpendiculaire avec deux points en dehors de chaque côté, ou à la Françoise par deux barres perpendiculaires un peu plus écartées, qui traversent toute la Portée, & entre lesquelles on insère un point dans chaque espace : mais cette seconde maniere s’abolit peu-à-peu ; car ne pouvant imiter tout-à-fait la Musique Italienne, nous en prenons du moins les mots & les signes ; comme ces jeunes gens qui croient prendre le style de M. De Voltaire en suivant son orthographe.

Cette Reprise, ainsi ponctuée à droite & à que ordinairement qu’il faut recommencer deux sois, tant la Partie qui précede que celle qui suit ; c’est pourquoi on la trouvé ordinairement vers le milieu des Passe-pieds, Menuets, Gavottes, &c.

Lorsque la Reprise a seulement des points à sa gauche, c’est pour la répétition de ce qui précede, & lorsqu’elle a des points à sa droite, c’est pour la répétition de ce qui suit. Il seroit du moins à souhaiter que cette convention, adoptée par quelques-uns, sût tout-à-fait établie ; car elle me paroît fort commode. (Voyez Pl. L. Fig. 8.) la figure de ces différentes Reprises.