Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/642

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qui vaut une quadruple-Croche. Voyez les figures de tous ces Silences Pl. D. Fig. 9.

Il faut remarquer que le Point n’a pas lieu parmi les Silences comme parmi les Notes ; car bien qu’une Noire & un Soupir soient d’égale valeur, il n’est pas d’usage de pointer le Soupir pour exprimer la valeur d’une Noire pointée : mais on doit, après le Soupir, écrire encore un demi-Soupir. Cependant, comme quelques-uns pointent aussi les Silences, il faut que l’Exécutant soit prêt à tour.

SIMPLE, s. f. Dans les Doubles & dans les variations, le premier Couplet ou l’Air original, tel qu’il est d’abord noté, s’appelle le Simple. (Voyez DOUBLE, VARIATIONS.)

SIXTE, s. f. La seconde des cieux Consonnances imparfaites, appellée, par les Grecs, Hexacorde, parce que son Intervalle est formé de six Sons ou de cinq Degrés Diatoniques. La Sixte est bien une Consonnance naturelle, mais seulement par combinaison ; car il n’y a point dans l’ordre des Consonnances de Sixte simple & directe.

À ne considérer les Sixtes que par leurs Intervalles, on en trouvé de quatre sortes ; deux consonnantes & deux dissonantes.

Les Consonnances sont : 1º. la Sixte mineure, composée de trois Tons & deux semi-Tons majeurs, comme mi ut : son rapport est 5 à 8. 2º. la Sixte majeure, composée de quatre Tons & un semi-Ton majeur, comme sol mi ; son rapport est de 3 à 5.

Les Sixtes dissonantes sont : 1º. la Sixte diminue, composée