Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/670

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


On dit aussi Sonner une Note, un Accord, pour dire, frapper ou faire entendre le Son, l’Harmonie de cette Note ou de cet Accord.

SONORE, adj. qui rend du Son. Un métal sonore. De-là, CORPS sonore. (Voyez CORPS SONORE.)

Sonore se dit particuliérement & par excellence de tout ce qui rend des Sons moelleux, forts, nets, justes, & bien timbrés. Une Cloche Sonore : une Voix Sonore, &c.

SOTTO-VOCE, adv. Ce mot ltalien marque, dans les lieux où il est écrit, qu’il ne faut chanter qu’à demi-voix, ou jouer qu’à demi-jeu. Mezzo-Forte & Mezza-Voce signifient la même chose.

SOUPIR. Silence équivalant à une Noire, & qui se marque par un trait courbe approchant de la figure du 7 de chiffre, mais tourné en sens contraire, en cette sorte L. (Voyez SILENCE, NOTES.)

SOURDINE, s. f. Petit Instrument de cuivre ou d’argent, qu’on applique au chevalet du Violon ou du Violon-celle, pour rendre les Sons plus sourds & plus foibles, en interceptant & gênant les vibrations du corps entier de l’lnstrument. La Sourdine, en affoiblissant les Sons, change leur timbre & leur donne un caractere extrêmement attendrissant & triste. Les Musiciens François, qui pensent qu’un jeu doux produit le même effet que la Sourdine, & qui n’aiment pas l’embarras de la placer & déplacer, ne s’en servent point. Mais on en fait usage avec un grand effet dans tous les Orchestres d’Italie, & c’est parce qu’on trouvé souvent ce mot Sordini écrit dans les Symphonies, que j’en ai dû faire un article.