Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/672

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de la Dominante ; &, par Sous-Médiante, la Note qui est un Degré au- dessous de la Médiante. Ce qui me tient en suspens entre ces deux sens, est que, dans l’un & dans l’autre, la sous-Dominante est la même Note fa pour le Ton d’ut : mais il n’en seroit pas ainsi de la Sous-Médiante ; elle seroit la dans le premier sens, & re dans le second. Le Lecture pourra vérifier lequel des deux est celui de M. Rameau ; ce qu’il y a de sur est que celui que je donne est préférable pour l’usage de la composition.

SOUTENIR, v. a. pris en sens neut. C’est faire exactement durer les Sons toute leur valeur sans les laisser éteindre avant la fin, comme sont très-souvent les Musiciens, & sur-tout les Symphonistes.

SPICCATO, adj. Mot Italien, lequel, écrit sur la Musique, indique des Sons secs bien détachés.

SPONDAULA, s. m. C’étoit, chez les Anciens, un Joueur de Flûte ou autre semblable Instrument, qui, pendant qu’on offroit le sacrifice, jouoit à l’oreille du Prêtre quelque Air convenable pour l’empêcher de rien écouter qui pût le distraire.

Ce mot est formé du Grec σωονδις Libation, & αυλος Flûte.

SPONDEASME, s. m. C’étoit, dans les plus anciennes Musiques Grecques, une altération dans le Genre harmonique, lorsqu’une Corde étoit accidentellement élevée, de trois Dièses au-dessus de son Accord ordinaire ; de sorte que le Spondéasme étoit précisément le contraire de l’Eclyse.

STABLES, adj. Sons ou Cordes stables : c’étoient, outre